Les usages de réseaux sociaux en 2011

L’Observatoire des réseaux sociaux de l’IFOP a livré en ce mois de novembre son étude annuelle, publiée chaque année depuis 2007 : une étude qualitative des usages de réseaux sociaux réalisée en 2011 auprès de 2080 internautes âgés de plus de 18 ans. 35 réseaux sociaux étaient passés à la loupe cette année, dont certains plutôt loufoques, car anecdotiques, comme « Louer un étudiant » ou Planète UMP (?!?).

Parmi les grands enseignements à tirer de ce cru 2011, il faut surtout noter la baisse des usages. Il semble que nous soyons arrivés à un plafond : 77% des internautes interrogés se déclarent membres d’au moins un réseau social, contre 78% en 2010.

Ce sont à peu près tous les dits « réseaux » qui voient leurs résultats baisser, seuls Facebook (+6%), Google+ (arrivé directement à la 7ème place, avec 12% des internautes qui se déclarent membres) et dans une moindre mesure Linkedin (+3%), continuent à gagner des parts de marché. Twitter reste très connu du grand public (85% des internautes), mais toujours aussi peu utilisé (8%). Il reste un réseaux de journalistes et professionnels du web.

Windows Live, premier toutes catégories en 2010 baisse considérablement (-12%), tout comme Copains d’avant (-6%), Trombi (-4%) et Myspace qui poursuit sa chute (-3%).

On peut noter les différences générationnelles dans les usages : les plus jeunes sont très présents sur Youtube (42%) quand les plus de 65 ans lui préfèrent largement Picasa (23%) : la vidéo contre la photo, ce qui reste assez logique.

S’il fallait conclure et faire un peu de prospective, on constate bien que le bulldozer Facebook a poursuivi son emprise sur le web en 2011 : 49% de l’ensemble des internautes y ont un compte, 76% des 18/24 ans. Cependant, la baisse des usages des réseaux sociaux par ailleurs peut laisser présager deux pistes :
– Facebook poursuivra son ascension et deviendra la seule référence,
– ou bien comme on peut déjà commencer à le constater, Facebook comme les autres va perdre peu à peu de son influence.

Déjà, une certaine frange de la population commence à s’en désintéresser, pour aller vers d’autres usages. Myspace a été « cool » avant de devenir « hasbeen« , le gif a été hasbeen avant de redevenir cool, Facebook par son hégémonie pourrait lui aussi fatiguer les internautes.

Régis

En savoir plus :
* Télécharger l’étude de l’IFOP
(PDF)

Laisser un Commentaire